Investir avec succès dans l’infrastructure grâce aux co-investissements

Investir avec succès dans l’infrastructure grâce aux co-investissements

Se diversifier avec les co-investissements et obtenir des rendements stables avec des placements «Brownfield». La tendance aux co-investissements s’accroît et requiert un savoir-faire approfondi. Faites-vous bien conseiller et bénéficiez de frais avantageux qui reposent sur le capital investi.

Un grand besoin d’infrastructures

De nombreux pays devront remplacer ou développer leurs infrastructures dans les années à venir. Comme l’argent manque dans un grand nombre de pays pour un financement purement public, les projets de construction constituent des possibilités de placement attrayantes pour les caisses de pension. Les offres intéressantes ne devraient pas manquer dans les prochaines années. Le World Economic Forum (WEF) estime le besoin global en investissements dans les infrastructures à 3,7 milliards de dollars américains par an d’ici 2035. La population mondiale croissante, l’urbanisation et la mobilité grandissantes ainsi que les développements économiques engendrent d’énormes besoins en investissements.

Des investissements croissants

Les taux d’intérêt ultra bas obligent les caisses de pension à se tourner vers d’autres sources de revenus. Pour de nombreuses caisses de pension suisses, les infrastructures représentent une alternative intéressante. Tous les capitaux que les caisses de pension suisses ont investis dans des infrastructures ont atteint plus de 6,5 milliards de francs suisses. C’est ce que montre une statistique des caisses de pension de l’Office fédéral de la statistique (voir graph. 1). Depuis, la demande ne cesse d’augmenter, comme de récentes expériences le démontrent.

Investir représente un défi

Pour les caisses de pension suisses, il est clairement intéressant d’investir dans l’infrastructure. Reste toutefois à savoir comment ne pas se tromper dans ce domaine. Les caisses de pension doivent réfléchir à différents aspects: «Brownfield» ou «Greenfield»? Les coûts des rendements attendus sont-ils adaptés? Faut-il investir via un investissement direct, un fonds d’infrastructure, un Fund-of-Funds ou un co-investissement (voir graph. 2)? Quels sont les véhicules d’investissement permettant un contrôle total pour l’investisseur?

La stabilité avec les placements «Brownfield»

Les placements dans les infrastructures «Brownfield» sont des projets opérationnels. En principe, le profil risque-rendement peut être comparé à un placement immobilier. Ces placements sont donc particulièrement adaptés aux investisseurs qui visent un cash-flow stable et des rendements durables et prévisibles. En revanche, les placements «Greenfield» désignent des projets qui n’en sont encore qu’à la phase initiale et nécessitent un besoin en investissements important. Avec un risque d’évolution potentiellement plus élevé, leur profil risque-rendement s’apparente à celui d’un placement private equity. Ces investissements visent surtout une augmentation de la valeur du capital. Dans l’univers des infrastructures, les investissements dans des placements «Brownfield» défensifs sont recommandés, car ils sont déjà actifs et génèrent des rendements stables.

L’efficacité des coûts est l’alpha et l’oméga

Pour les caisses de pension suisses, les coûts sont un sujet central. Premièrement, les véhicules d’investissements dans les infrastructures sont souvent assortis de frais similaires aux placements private equity, même si les rendements sont globalement différents. Les caisses doivent donc faire attention aux coûts qui sont adaptés aux rendements attendus. Deuxièmement, les placements collectifs fermés qui investissent dans l’infrastructure présentent souvent un effet de courbe en J. Cette courbe désigne l’évolution négative des rendements et des liquidités typiques au début à cause des investissements, des frais et des dépenses, et qui se transforme en une tendance de rendements et de flux de trésorerie positive au bout de quelques années. Cet effet de courbe en J peut être amorti en ajoutant les co-investissements de manière ciblée et en développant des modèles de taxes alternatifs attrayants. Les caisses de pension doivent donc veiller à disposer d’une structure novatrice, transparente et efficace au niveau des coûts et profiter de frais de gestion reposant non pas sur l’engagement en capital, mais sur le capital investi.

La diversification par les co-investissements

Les caisses de pension doivent répartir leurs risques le plus largement possible. C’est pourquoi elles doivent absolument investir dans des infrastructures de différents secteurs et régions du monde entier. Par ailleurs, il peut être judicieux de procéder à différents co-investissements (voir graph. 3) permettant de répartir les risques afin, d’une part, d’élargir le réseau à plusieurs domaines et acteurs et, d’autre part, de ne pas dépendre d’un seul projet d’investissement. Enfin, les co-investissements permettent de diversifier de manière plus ciblée que les fonds sans coûts supplémentaires.

Exemple de co-investissement

South Staffordshire Plc, dont le siège se trouve à Walsall (Royaume-Uni), est un groupe de prestations de service qui exploite une compagnie des eaux règlementée avec deux régions d’approvisionnement séparées dans le «Black Country» situé au nord et à l’ouest de Birmingham. La compagnie fournit quotidiennement 330 millions de litres d’eau à environ 500’000 foyers et 36’000 clients entreprises. Elle offre toute une gamme de services au secteur de l’eau britannique ainsi qu’à un nombre croissant d’autres propriétaires d’infrastructures. Avec South Staffordshire Plc, l’investisseur a une visibilité claire des flux de trésorerie et peut espérer un profil de rendement stable et durable.

Afin de choisir une stratégie de placement performante dans l’énorme secteur de l’infrastructure, des spécialistes proposent aux caisses de pension une sélection minutieuse de fournisseurs et un processus de due diligence soigneux indispensable. La caisse doit également s’assurer de la transparence des placements, des aspects fiscaux et des personnes qui contrôlent opérationnellement les investissements dans les infrastructures et s’il existe un droit de véto pour chaque investissement.

Le groupe de placement Infrastructure I comprend 22 investissements dans le monde contre 18 pour le groupe de placement Infrastructure II. Depuis leur lancement respectivement en 2013 et 2017, ils ont évolué positivement (voir graph. 4). Le volume de performance largement diversifié ou le multiple d’investissement «Total Value to Paid-in Capital» (TVPI) résulte de la valeur totale, y compris des distributions par rapport au capital investi. Un TVPI supérieur à 1 indique un revenu positif sur la période de détention. Fin juin 2019, la valeur TVPI d’Infrastructure I s’élevait à 1,29x et celle d’Infrastructure II, à 1,07x. Les placements dans les infrastructures peuvent également être une possibilité très efficace à ajouter dans un portefeuille.

Abbildung 1: Investitionen von Schweizer Pensionskassen in Infrastrukturanlagen
Abbildung 2: Über Co-Investitionen in Infrastruktur investieren
Abbildung 3: Angemessene Diversifikation über Co-Investments
Abbildung 4: Zürich Anlagestiftung Infrastruktur I und II, Total Multiple (TVPI)

Plus d'articles

Sur la voie de l'illiquidité

Un mélange sain de placements liquides et non-liquides est une source de succès et de sécurité requise pour les investisseurs institutionnels.
Plante

Private Equity

Une fois que l'investisseur a décidé d'investir dans des Private Equity, se pose la question de l'allocation et de la mise en œuvre.